Mon site photo

Publié: 19/07/2016 dans Uncategorized

Bonjour,

Une nouvelle mise à jour, avec depuis quelques temps la création de mon site photo en ligne.

Sur celui ci on retrouve les albums photos des reportages effectués (accès privés en général), et ma banque d’image qui va s’enrichir progressivement, dont vous pouvez commander des tirages papier.

Dernières nouveautés, vous pouvez désormais passer par mon site pour commander des tirages papiers de VOS propres photos ! les tarifs sont compétitifs, il vous suffit de créer votre compte comme sur n’importe quel site internet, d’envoyer vos photos, choisir le tirage voulu, et vous les recevrez chez vous directement.

Rendez vous sur mon site :  http://www.jingoo.com/maxime-barbone-photographies/

Rubrique « Tirage en ligne »

A bientôt🙂

Retour sur les étoiles filantes du mois d’août, avec les Perséides, dont une belle  dans la Voie Lactée_MG_7032

Portrait Danse

Publié: 30/10/2015 dans Portrait
Tags:, ,

A l’occasion d’une soirée « Zumba party », quelques portraits d’ombres et de lumières.

Par une belle journée de printemps bien ensoleillée, et une montée sur les hauteurs de St Victor la Coste, jusqu’au château du Castellas

le time lapse

Publié: 13/04/2015 dans Tutoriel
Tags:,

Pour une fois, au lieu de montrer des photos, j’ai préparé un petit tutoriel pour faire du Time Lapse.

J’ai en fait préparé ce tutoriel suite à quelques Time Lapse que j’ai réalisé, pour une séance découverte et apprentissage au sein de mon club photo (le Photo Club Bagnols Marcoule)

Voici donc ce tutoriel, dans le texte, mais également la version complète en PDF : tuto time lapse


 

1.     Le « time lapse » ? kézako ?

Le time lapse, que l’on peut traduire par « intervalle de temps », est une technique photographique qui consiste à créer une vidéo à partir d’un grand nombre d’images, prises dans une même scène (paysage ou autre). Ces images prises à des intervalles de temps important (plusieurs secondes) et pendant une grande durée (plusieurs heures) sont restituées sous la forme d’une vidéo montée à 24 images par seconde, et permet de visionner cette scène en un temps accéléré.

 

2.     Ah ok ok !! mais le « time lapse », à quoi ça sert ??

Cela permet d’accélérer les mouvements, qui sont généralement non perceptibles à l’œil nu, comme par exemple les mouvements des nuages dans le ciel, le coucher du soleil, la rotation du ciel nocturne, etc.

Même si l’on pourrait le faire, il s’agit bien ici d’assembler des images prises avec un appareil photo et non un caméscope. Evidemment cette technique ne restitue pas les mouvements réels de la vie quotidienne, mais permet de restituer en un temps courts une scène qui dure longtemps. L’utilisation d’un appareil photo et de cette technique a quelques avantages :

  • A prix équivalent, la taille des capteurs des appareils photos est supérieure aux caméscopes. On obtient donc une image de meilleure qualité.
  • On peut retoucher avec précision ses photos (amélioration du contraste, des couleurs …) et améliorer ainsi la qualité de son film.
  • Il est possible de réaliser des poses longues photographiques (plusieurs secondes) ce qui permet de révéler des détails impossibles à filmer avec un caméscope habituel, comme par exemple les étoiles dans le ciel, etc.

3.     Parfait, ça me tente, de quel matériel j’ai besoin ?

Evidemment, en premier lieu, il faut un appareil photo !🙂

Mais avec quelques caractéristiques, qui sont :

  • L’appareil doit disposer d’un mode manuel
  • L’appareil doit permettre la prise de vue par intervalle, soit en natif sur l’appareil (rare), soit par le biais d’une télécommande spécifique (un intervalometre) ou par l’assistance d’un ordinateur.

Mais aussi :

  • Un trépied ! indispensable !!
  • Un intervalomètre, plus pratique qu’un ordinateur en extérieur
  • Des batteries bien chargées, voire plusieurs batteries le cas échéant
  • Une carte mémoire de grande capacité (on verra plus loin le nombre de photos à faire, et donc la capacité de la carte à prévoir)
  • Des vêtements confortables, une chaise pour s’assoir, un thermos de café, un duvet, etc. etc.

 

4.     On y va ? Quelles sont les bases à savoir ?

On ne peut pas sortir comme ça directement et aller faire du time lapse ! Comme souvent en photo, mais surtout dans ce cas, un peu de préparation s’impose.

La première question où il faut une réponse, est : combien dois-je faire de photo pour faire mon time lapse ?

C’est très simple, un tout petit peu de mathématique va nous aider.

On a dit précédemment que l’on allait faire un film, donc pour que ça soit joli et non saccadé, il faut une fréquence de 24 images par seconde, comme un film au cinéma. Au-delà, ça ne sert à rien, en-deçà, on risque les saccades.

En toute logique, si l’on veut réaliser un film de 10 min, il faut donc :

10 min * 60 sec/min * 24 images/s = 14 400 images !

Houla ! mayday ! mayday ! Ça fait beaucoup d’images tout ça !!

Hé oui, on va donc sérieusement penser à réduire le temps de la vidéo, 1 à 2 min vont souvent suffire (sinon en plus on risque l’ennui au visionnage).

Donc :

  • 1 min = 1 440 images
  • 2 min = 2 880 images

On a donc déjà une base du nombre de photos à faire, et ainsi de la carte mémoire à utiliser.

Exemple, je prends mon Canon 7D, je prends les photos en RAW, qui font en moyenne 25 Mo/photo. Ça me fait donc pour 1 min de film : 1 440 * 25 = 36 000 Mo, soit environ 35 Go !! Soit 2 cartes de 16 Go ! Et autant sur le PC à stocker ….

On voit là une 2eme limite, le time lapse c’est très encombrant !

 

Peut-on alléger tout cela ? Oui c’est possible !

En effet, a-t-on besoin de toute la pleine résolution du capteur ? Pas forcément, car il ne faut pas oublier (sauf à faire un film à diffuser sur écran méga full HD de 150 cm de diagonale) que l’on fera la plupart du temps une vidéo en 1920×1280. Donc la pleine résolution du capteur n’est pas utile.

Ensuite, est-ce que l’on va retoucher chaque photo ? Même avec un traitement par lot ? Pas sûr ! Et si on prenait les photos en JPG ? Oui !

Il faudra évidemment bien s’appliquer au réglage de l’appareil lors de la prise de vue (balance des blanc, exposition), et ainsi, on a quasiment 0 retouches.

En diminuant la résolution et en JPG, la taille des images n’est plus que de 3 à 6 Mo.

Avec 5 Mo en moyenne, on a donc pour 1 min de film : 1 440*5 = 7 200 Mo, soit 7 Go environ, et une carte de 8 Go, suffira à contenir ces photos !🙂

 

5..     Super, maintenant que l’on sait combien de photo on va devoir prendre, ça va aller vite sur le terrain ?

Tout dépend de ce que l’on va vouloir faire en time lapse. Chaque photo doit être espacée d’un intervalle de temps compatible avec la scène photographiée.

Exemple, je veux photographier la marée montante. Si je prends une photo toutes les 5 s, vu que la montée de la marée dure plusieurs heures … je vais avoir bien trop de photos, mon film sera trop long.

A l’inverse si je ne prends qu’une image par 30 min, j’aurais 10 photos pour voir la marée monter, et ça sera très saccadé.

Il faut donc adapter l’intervalle de temps entre deux photos aux mouvements de la scène.

A titre d’exemple on peut retenir les valeurs suivantes, qui sont à ajuster :

  • Le ciel, les nuages : 10 à 30 secondes
  • Personnages ou véhicules dans une ville : 2 à 10 sec

Ces valeurs sont purement indicatives, et l’on trouvera d’autres exemples sur le web.

Maintenant, entre le nombre de photos, la longueur du film et la scène à photographier, on peut aussi calculer l’intervalle de temps.

Exemple, ma scène à photographier dure 1 h de temps, il s’agit d’un carrefour avec des feux rouge, et je veux montrer l’agitation et les bouchons qui se produisent. Je vais faire 2 calculs :

  • Je choisi l’intervalle de temps à 5 s. sur une heure je devrais donc prendre :

(1h*60min*60s) / 5 s = 720 images. à 24 im/sec, je n’aurais que 30s de film …

  • Je veux 2 min de film, donc 2 880 images, il me faut donc un intervalle de (3600 / 2880) = 1,25 s.

Fort de ces deux calculs, il faut adapter, car si 1,25 s est trop rapide, et que l’on veut un peu plus, on peut choisir 5 s, mais en 3h de temps. On aura ainsi (3*3600)/5 = 2160 images, qui feront un film de (2160/24)= 90 s, soit 1min30.

On voit donc, qu’avant de partir faire son time lapse, il faut avoir une idée de :

  • Le temps du film que l’on aimerai
  • La durée de l’évènement que l’on veut photographier

L’intervalle moyen entre deux images.

Si je reprends mon exemple du carrefour que je veux «time lapser ». Je prends un rond-point à Bagnols/Ceze, je veux une image toutes les 5 secondes et un film de 1 min, je prévois donc (60s*24)=1440 i * 5 s = 7200 s , soit 2h de prise de vue. Ok !🙂

Sauf que, les bouchons dans les ronds-points de Bagnols (même s’ils agacent profondément les conducteurs) ne durent guère plus de 15 à 30 min. Résultat, j’aurais pris des photos pendant 2h, dont 1h30 de circulation fluide voire sans circulation et 30 min de bouchon. Ces 30 min au rythme de 1i / 5s représenteront 360 images, qui, au rythme de 24i/s ne feront que 15 sec de visualisation dans mon film de 1 min. Donc ce film risque fort d’être « creux » et insipide.

Il vaut donc mieux prévoir de faire un intervalle plus court de 2s, pour avoir une durée de shooting de (60*24)=1440 i *2 s = 2880s soit 48 min de « tournage ». Le phénomène bouchon sera donc bien mieux visible et prendre toute sa teneur dans le film.

Il faut donc prendre conscience que la prise de vue peut durer fort longtemps, car dans les exemples ci-dessus, les intervalles étaient courts.

On trouvera en dernière page du document, en mémo rapide, les principales formules de calcul, pour déterminer chacun des paramètres.

 

6..    Les maths, ça va 2 min… Comment faire la prise de vue ?

La prise de vue se fera exclusivement en mode manuel. En effet, si vous restez dans un mode automatique, l’appareil va régler l’exposition pour chaque photo, et si la lumière est changeante (ombre, nuages, etc.) vous aurez des expositions différentes d’une photo à l’autre. Lors de l’assemblage de la vidéo, ça donnera probablement un effet « stroboscopique » assez désagréable pour les yeux.

Il faut donc garder constante l’exposition de chaque prise de vue.

Afin de nous aider dans les premiers times lapse, une scène présentant une luminosité du début à la fin de la prise de vue est grandement préférable.

Avant de sortir l’appareil, les derniers préparatifs :

  • Charger la ou les batteries
  • Avoir autant de carte mémoire que nécessaire pour contenir le nombre d’image calculé. Formater les cartes au préalable.

On y va pour la prise de vue :

  • Monter votre appareil sur le trépied, bien calé
  • Choisir le cadrage de façon précise, ne pas hésiter à se déplacer et prendre le meilleur angle de vue. Une fois sélectionné, on ne le changera plus.
  • Régler votre appareil en mode manuel
  • Régler la balance des blancs (s’aider d’une balance des blancs manuelle le cas échéant)
  • Régler l’exposition au mieux possible,
    • Se placer en mesure évaluative (pour avoir le maximum de la scène mesuré)
    • privilégier une profondeur de champ moyenne (f/6,3 à f/11), et une sensibilité iso la plus faible possible,
    • adapter le temps de pose pour une expo la meilleure possible. Si le temps de pose est trop long et incompatible avec ce que l’on cherche à photographier (des voitures par exemple), adapter l’expo en fonction du temps de pose
  • Faire la mise au point à l’aide de l’autofocus, sur le point choisi, puis débrayez l’autofocus
  • L’appareil étant sur un trépied, débrayez également la stabilisation de l’objectif

Une fois réglé au mieux, faire une photo et regarder les résultats, exposition, cadrage, netteté. Si ce n’est pas ok, recommencer les réglages, sinon, prêt à shooter !!

Mais au préalable dernière vérification, vérifier que la carte mémoire est vide et prête à accueillir toutes les photos que l’on veut prendre.

  • Régler l’intervalle de temps, à l’aide de l’intervalomètre ou de l’ordinateur
  • Déclencher ! et attendre la fin de la scène. Durant ce temps-là, profitez-en pour relire le mode d’emploi de votre appareil photo, ou un roman, le tout accompagné de café !

 

Et voilà ! On a fini la prise de vue.

Il ne reste plus qu’à assembler tout cela dans un logiciel de vidéo, ou avec un plug-in sur lightroom, ou virtual-Dub, ou windows movie maker, ou ….

Mais ça c‘est un autre épisode …🙂

 

 

7.    En Résumé : Les étapes du Time Lapse

  1. Trouver la scène à photographier
  2. Définir en fonction de la scène : la durée du film à produire, la durée de l’intervalle, la durée de la prise de vue
  3. Préparer le matériel, batterie, carte mémoire, thermos
  4. Se placer dans la scène, soigner les réglages : cadrage, exposition
  5. Shooter !
  6. Assembler le film

8.     Quelques liens de time lapse.

On trouve sur la toile, de grandes quantités de time lapse, pouvant donner des idées créatives, et des sites indiquant des astuces pour y parvenir. Quelques uns :

http://www.photograpix.fr/blog/photomontage/creer-video-timelapse/

http://tempsreel.nouvelobs.com/video/20150323.OBS5301/maree-du-siecle-dans-les-coulisses-du-timelapse.html

http://www.astrosurf.com/luxorion/video-time-lapse.htm

et pleins d’autres.

 

9.     Conclusion

Ce petit tutoriel n’a pas la prétention d’être exhaustif, mais il introduit la technique de prise de vue. Les conseils indiqués sont là pour débuter, et on trouvera sur certains tutoriels sur le web, d’autres techniques, mettant en œuvre des outils de déplacement de l’appareil pour donner du « travelling », et aussi des méthodes d’adaptation de l’exposition, et du traitement des RAW. Bien sûr le sujet est vaste, et on s’est volontairement limité à des choses simples pour pouvoir se lancer.

 

Bon shooting !

 

10.     Annexe calculs

N : nombre d’images faites (ou à faire)

D : Durée de la prise de vue (en secondes)

T : Durée du film produit (en seconde)

i : intervalle de temps entre deux images (en secondes)

 

N = T × 24 = D/i Exemple 1 : on connaît T=1 min, on a donc N=60*24=1440 imagesExemple 2 : on a D=2h (7200s) et i=5s, donc N = 7200/5 = 1440 images

Avec ces 2 exemples on se rend compte qu’il faut un shooting de 2h à un intervalle de 5 s ; pour produire 1440 images qui feront un film de 1 minute.

 

T = N/24 = D/(i × 24)  Exemple 1 : on a pris 812 images, on aura donc un film d’une durée de 812/24 = 33,8 s.Exemple 2 : la durée de shooting est de 3h30 (12 600 s), avec un intervalle i=10s ; on aura donc un film d’une durée de 12600/(10×24) = 52,5 s

 

 D = N × i = T × i × 24  Exemple 1 : on veut prendre 1000 images avec un intervalle de 30 s ; la durée de prise de vue sera donc de 1000×30=30 000 s, soit 500 min ou 8h20minExemple 2 : .on veut faire un film de 1min30s en prenant des images avec un intervalle de 8 s, la durée de prise de vue sera donc de 90x8x24= 17 280 s, soit 288 min ou 4h48min

 

i = D/N = D/(T × 24)  Exemple 1 : La durée de prise de vue est prévue sur 1h30 et l’on veut faire 3400 images. L’intervalle est donc de 5400/3400 = 1,5 sExemple 2 : La durée de prise de vue est de 8h (une nuit pour le ciel étoilé), et l’on veut un film de 2 min ; l’intervalle est alors de (8*3600)/(120*24) = 28 800 / 2 880 soit 10 s.

 

 

 

2014 en révision

Publié: 17/01/2015 dans Uncategorized

Les lutins statisticiens de WordPress.com ont préparé le rapport annuel 2014 de ce blog.

En voici un extrait :

Un métro New-Yorkais contient 1.200 personnes. Ce blog a été visité 8 100 fois en 2014. S’il était un métro New-Yorkais, il faudrait faire 7 voyages pour les déplacer tous.

Cliquez ici pour voir le rapport complet.

Edimburgh

Publié: 21/12/2014 dans Architecture
Tags:

Petit retour en Ecosse, et plus précisément dans Edimburg, avec ces deux vues, d’un jardin d’immeuble, pris au détour d’une balade dans les rues de la ville, et une vue nocturne du chateau d’Edimburgh avec son éclairage.

Dans tous les cas, la couleur verdoyante de l’herbe (gazon assurément) est remarquable !